Dans la série, le personnage de Madame Maigret a plutôt été gommé. Il n’apparaît « en chair et en os », que dans sept épisodes: Maigret et la Grande Perche, Maigret se défend, La patience de Maigret, Maigret et l’homme du banc, Cécile est morte, Les vacances de Maigret, Maigret et l’affaire Saint-Fiacre.

Pourquoi Mme Maigret n’apparaît-elle jamais ? « C’est dommage, parce que ça a été une idée de Goretta, qui avait trouvé cette actrice, et qui avait donné un ton moderne à cette femme, qui, à l’écriture, n’a rien de moderne, est un peu archaïque… Et elle en avait fait une sorte de douce intellectuelle, qui intellectuellement était très admirative de son Maigret de mari… Finalement, elle a disparu, mais elle reste au téléphone… je ne sais pas pourquoi, cela ne vient pas de mon fait. Ce sont les mystères des productions, et des distributions aussi. Il n’y pas que ma production qui a son mot à dire, le producteur dépend aussi un peu de la chaîne… Mais enfin, comme c’est le côté de Maigret qui ne me passionnait pas, je n’y ai vu aucun inconvénient. J’ai regretté pour l’actrice, qui avait bien pris son personnage. »

La réponse courtoise de Bruno Crémer, lors de l’entretien qu’il avait eu avec Charles Nemes, à propos d’Anne Bellec qui avait interprété Mme Maigret au début de la série, ne peut cacher le fait qu’elle a disparu assez rapidement du casting, et il y a des raisons à cela, autres qu’un simple problème de distribution. Anne Bellec est sans nul doute une bonne comédienne, mais manifestement son interprétation de Mme Maigret s’est révélée à la longue peu convaincante, ou du moins elle ne correspondait pas suffisamment au personnage tel qu’on pouvait se l’imaginer (entre autres, elle manque d’un certain « moelleux »)… Comme le dit Crémer, les scénaristes avaient voulu renouveler le personnage, le « moderniser », en faire quelqu’un d’un peu moins « popote ». L’intention était louable, car en réalité, dans les romans, le personnage de Mme Maigret se révèle beaucoup plus complet et beaucoup plus subtil que certains ont bien voulu le voir. Mais manifestement, on n’a pas su trouver le ton juste, l’équilibre entre les côtés « archaïques » du personnage et son renouvellement. Je pense que l’élément déclencheur qui a signifié sa disparition est l’épisode Maigret et l’affaire Saint-Fiacre. On se souviendra que le roman adapté est l’un des rares où Mme Maigret n’apparaît pas du tout, et ce n’est pas sans raison, car ce roman est celui du retour aux sources pour le commissaire, et l’occasion d’une plongée dans ses souvenirs d’enfance. La présence de Mme Maigret, dans l’épisode, est difficile à justifier; on comprend qu’elle fait office de confidente pour son mari, ce qui lui permet d’exprimer les états d’âme qui sont présentés dans le roman comme si le commissaire les pensait, et qu’elle est un contrepoids aux autres personnages féminins croisés par Maigret dans l’épisode (la comtesse et Marie Tatin). Cependant, dans cet épisode, les scénaristes ont fait une grossière erreur dans la scène où elle demande, de façon virulente, à Maigret pourquoi il n’arrête pas Maurice de Saint-Fiacre. Le problème n’est pas dans les arguments qu’elle avance, mais dans la façon de le faire: Mme Maigret, dans les romans, ne se prive pas de donner à l’occasion son point de vue sur un élément de l’enquête de son mari, mais elle ne le ferait jamais de cette façon… D’ailleurs, ce n’est probablement pas un hasard si cet épisode est le dernier où Mme Maigret apparaît dans la série…

Dans la suite de la série, Mme Maigret n’apparaîtra donc plus qu’à travers les coups de téléphone de son mari. Et grâce au talent de Bruno Crémer, qui arrive à nous convaincre qu’il a sa femme au bout du fil, celle-ci est infiniment plus présente, et plus juste. Crémer réussit à faire passer une véritable tendresse dans son jeu lors de ces coups de téléphone, et ces scènes sont des perles rares au milieu des épisodes… Pour nous en convaincre, les dialogues de ces scènes sont présentés ci-dessous. Bien sûr, à ces extraits écrits, manquent le ton et la saveur particulière de la diction de Bruno Crémer. Pour les retrouver, une seule solution: vous replonger dans vos DVD !

Maigret et la Grande Perche Premier appel: Maigret est dans son bureau, en train de procéder à l’interrogatoire de Serre. Il se rend dans le bureau des inspecteurs pour téléphoner à sa femme: « Allô, c’est moi. Ne m’attends pas, je rentrerai tard… (il soupire) Oui, ce sera long… Mmh, merci. » Deuxième appel: toujours pendant la même nuit de l’interrogatoire, Maigret « fait une pause » en se rendant au café. C’est de là qu’il appelle sa femme: « Ne t’inquiète pas, je pense que je vais en avoir pour toute la nuit… Qu’est-ce que tu fais ? … Je t’embrasse. » Deux courts appels, sans fioritures, mais caractéristiques des appels tels qu’ils sont décrits dans les romans…

Maigret chez les Flamands C’est Madame Maigret qui a téléphoné à son mari, et cette intrusion dans son enquête n’est pas trop appréciée par le commissaire, pris qu’il est dans cette histoire de famille flamande, et un peu obnubilé, il faut le dire, par la belle Anna … L’appel est donc bref, et Maigret répond à sa femme sur un ton assez irrité, ce qui n’est pas son habitude, précisons-le, et le cas ne se représentera quasiment plus… Il termine tout de même la conversation par un petit mot gentil…: « Allô, j’écoute ! … Oui, c’est moi. … Mais je vais bien, ne t’inquiète pas! … Ah, je ne sais pas encore. … Je te dis que je ne sais pas encore! …Ça va rarement comme je veux ! … Justement, j’étais en train de déjeuner. …. J’essaie de t’appeler demain! Je t’embrasse. »

Maigret et la maison du juge Maigret vient de s’installer à la mairie de L’Aiguillon. Il appelle sa femme, restée à Luçon, pour lui donner de ses nouvelles: « Allô, c’est toi ? (il soupire) Eh oui, je sais! … Ah, je crois que je vais en avoir pour quelques jours! …Oui, mets-moi quelques affaires. … Je crois qu’il y en a un (un car) cet après-midi vers 15 heures. …. C’est ça. … D’accord… Oui, oui, je te rappelle. » C’est court, mais tout est dans la façon de le dire…

Maigret et la nuit du carrefour Une version assez inhabituelle du coup de téléphone à Mme Maigret, dans laquelle on découvre un commissaire sentimental… mais un brin embarrassé pour avouer son « méfait » à sa femme: dans la scène de séduction tentée par Else juste avant ce coup de téléphone, Maigret a donné à la jeune femme son mouchoir pour que celle-ci puisse essuyer ses larmes… La scène ne se retrouve pas sous cette forme dans le roman, et l’appel téléphonique non plus… Mais la version de l’épisode rend bien compte des « émois » du commissaire face à la troublante Else, émois qui existent bien dans le roman… : « Non, ce n’est pas gai. On ne peut vraiment pas dire que ça vaille la côte basque! … Hein ? Oh, je ne sais pas moi, c’était pour faire une comparaison. … A vrai dire, je t’appelais un peu comme ça, pour te dire que je pensais à toi. … Non, c’est pas gentil, c’est normal, puisque c’est vrai. … Je suis content que tu me dises ça. … Bien sûr que je suis sentimental. … Moi aussi. … Ah, dis donc, je voulais te dire, euh…. J’ai perdu un des mouchoirs que tu as mis dans la valise. … Oui, celui de ta mère, justement. … Oui, je sais! … Ecoute, je vais peut-être le retrouver!… Bon, j’y vais, là! … Moi aussi. … Très fort. … »

Maigret et l’homme du banc Maigret vient de recevoir la première visite de Monique. Son enquête débute à peine, mais il est déjà tellement plongé dedans qu’il en oublie la réalité extérieure…: « Allô, Madame Maigret ? … Dis donc, je ne rentrerai pas dîner. … Comment ça, tu le savais ?! … (il regarde sa montre) Ah, oui, excuse-moi, je ne m’étais pas rendu compte! … Oui … Oui, bien sûr, à tout à l’heure! »

Maigret et le fantôme Maigret vient d’arriver à l’hôtel. On lui fait savoir qu’il a déjà reçu un coup de téléphone. Il s’installe dans sa chambre et défait sa valise après avoir demandé son numéro à Paris: « Allô, c’est toi? … Oui, oui ! … Ça va, moi! … Ah, Lognon, c’est pas fameux, non. Tu as vu sa femme ? Tu as du courage! … Oui. Dis-moi, est-ce toi qui m’a appelé, cet après-midi ? … Ben, au téléphone! … Ah, ce n’est pas toi… Non, non, rien… C’est rien… Bon, écoute, prends bien soin de toi, hein! Moi, je vais me coucher. A propos, les journées sont drôlement longues, ici! … C’est ça. … Oui, oui, je te promets. … Allez, bonsoir! »

Maigret et la vieille dame Après sa dernière visite à Valentine, Maigret a de plus en plus de soupçons sur celle-ci… Il a rejoint Castaing qui surveille l’hôtel où Théo est descendu. Maigret sent qu’il doit se passer quelque chose, mais comme il ne sait pas encore exactement à quoi s’attendre, il est mal à l’aise, et sa femme l’a bien compris à sa façon de lui répondre…: « Ah, non, c’est pas des vacances! De toute façon, sans toi, c’est pas des vacances! … Ouais, je vais bien! … Pourquoi tu dis ça? J’appelle aussi quand ça va bien! … Non, non, il y a juste un petit truc qui cloche, mais c’est pas grave. … Écoute, je t’appellerai! … C’est ça, je vais essayer de t’écrire cette fichue carte! »

Maigret et la vente à la bougie On a droit, dans cet épisode, à un festival de coups de téléphone à Mme Maigret. Ces appels ponctuent le récit, à la fois « bulletins de santé » du commissaire grippé, et marques chronologiques de l’histoire. Premier appel: l’épisode débute par la scène où Maigret, dans la cabine téléphonique, appelle sa femme pour lui faire part de son état: « 39, 5° … Tu dormais, hein ? Bon, j’essaierai de rentrer demain soir, si la fièvre est tombée… Et puis, j’ai pas fini avec Fred. (il tousse) Ah, il n’y a rien de pire qu’un repenti! … Oh, non, un bouillon, c’est tout! … Après, je me suis endormi. … C’est la fièvre qui m’a réveillé. … Penses-tu ! Qu’est-ce que tu veux qui se passe dans un trou pareil ! Tout le monde dort. (on entend le cri d’agonie de Borchain. Maigret ouvre la porte de la cabine) Je te rappellerai demain. » Deuxième appel: après la visite du docteur: « Madame Maigret ? (il respire avec peine) Tout va bien! Oui, oui, le docteur est venu. (il se met à tousser éperdument) Mais non, je ne fume pas! (il regarde sa pipe qu’il tient dans sa main) Je ne sais même pas où elle est ! (il glisse sa pipe dans sa poche) Non, non. … Je ne sors pas. … Personne ne sort, là!  » Troisième appel: après la visite des filles de Borchain: « Allô, Madame Maigret ? … Non, je suis content que tu appelles. … 38, 2° … Ça descend! … Ah, non, une petite complication. … C’est avec Fred. … Oh, rien, des querelles de clocher. … Quoi ? Janvier a appelé ? … Non, non, je le rappellerai. … Ah, décommande les Pardon, c’est plus prudent. … Non, non, non! Demain soir au plus tard! » Quatrième appel: c’est la fin de l’épisode, Maigret a demandé à Juliette de mettre un des disques du fameux « trésor », et on entend la musique en arrière-fond: « Madame Maigret ? Tout va bien ! Ah, il est formidable, le toubib du coin! … Oui, je prends le train de 13 heures 15 à Nantes. … Hein ?! … Mais non, je ne suis pas dans une boîte de nuit ! (il rit) Pas à neuf heures du matin ! (il ferme la porte de la cabine, on le voit continuer la conversation) »

Maigret en Finlande Premier appel: Leena vient de conduire Maigret à sa chambre. Elle lui parle de la mort de Konrad, et dans son désarroi, elle vient appuyer sa tête sur l’épaule du commissaire (séduction ?). Le téléphone se met à sonner, juste à point pour délivrer Maigret d’une situation quelque peu embarrassante…: « Allô ? Oui. … Bonsoir, Madame Maigret. … Oui, tu permets un petit instant…  » Sa tentative de séduction ayant échoué (ou le mot de « Madame Maigret » la faisant fuir…), Leena a quitté la pièce… Deuxième appel: après avoir raccompagné Léo a sa base militaire, Maigret est rentré à l’hôtel. Il est environ 10 heures du soir, et la « nuit » finlandaise est tombée…: « Il fait nuit, chez toi ? … Ouais, tu as de la chance: ici, les nuits durent à peine trois heures… Et encore, si on peut appeler ça des nuits … (il soupire) Oui, le Grand Nord n’est pas si loin. … Je ne t’ai pas réveillée, au moins ? … Bon. … Non, non, je ne sais pas encore. … (on frappe à la porte, il dit d’entrer) Je me suis fait monter une petite bière. … (il rit) Eh oui, bien sûr. … Mais non ! … Oui, moi aussi ! … Allez, bonne nuit. »

Maigret tend un piège Premier appel: Maigret téléphone d’un bar où il s’est rendu après la reconstitution avec Moncin et Marthe: « Ben, oui, j’espère. … On verra demain. … Mais non, ne m’attends pas. … Je me débrouillerai. … Oui, j’arrive. … Allez, à tout de suite. … » Quelques simples mots, mais que de tendresse dans la voix de Maigret-Crémer ! Deuxième appel: Maigret est de retour au bureau après s’être rendu sur les lieux du dernier crime: « Mais non, je ne sais pas quand. … Oui. … Non, non. … M’attends pas. … (il pousse un gros soupir) Oui. … Moi aussi. « 

Maigret a peur Maigret se trouve dans le bureau de Chabot, les deux hommes viennent d’avoir une conversation sur les trois crimes. Pour une fois, c’est Madame Maigret qui a appelé: « Oui, ça va bien. … Et toi ? … Ecoute, je t’appellerai ce soir. … Bon, je te laisse: c’est pas facile de te parler. … Oui, je t’embrasse. » Maigret a la pudeur de ses sentiments, et il préfère parler à sa femme sans témoin: voilà pourquoi il lui téléphone de préférence dans l’anonymat d’une cabine téléphonique, depuis une chambre d’hôtel ou dans le calme de son bureau… quand il le peut !

Maigret et l’improbable Monsieur Owen Premier appel: Maigret vient de s’installer dans sa chambre d’hôtel. Debout devant la fenêtre où il contemple le scintillement de la mer, il appelle sa femme pour lui donner de ses nouvelles: « Allô, oui ? … Alors, comment tu vas ? … Ah, non, ne t’inquiète pas pour moi: je ne bouge pas d’ici. On m’attend à la PJ de Marseille lundi: le temps que je reparte à Paris, faudrait que je reparte… (il secoue la tête) Non. … Qui, Louis ? … Non, mais il est toujours le même. (il rit) Toujours au courant de tout, une vraie gazette ! … Oui, je le lui dirai. … Quoi, une surprise ? Ah, bon. … Bon. … Oui, oui. … Moi aussi. … Je t’embrasse. … Au revoir. » La « surprise » que Mme Maigret a glissée dans la valise de son mari se révélera être… une bouillotte! Cela a bien fait rire Maigret. N’empêche qu’elle lui aura été bien utile, cette bouillotte… Deuxième appel: Maigret vient de se faire masser au sauna: « Dans tous les cas, merci pour la bouillotte ! Ça m’a sauvé la vie! (on frappe à la porte, Maigret dit d’entrer) Ah, c’est Louis qui arrive. … Oui! (il rit) Je lui dirai. … Allez, je t’embrasse. »

Maigret voit double Maigret vient de s’installer à l’hôtel. Depuis le hall, il appelle Mme Maigret pour lui dire qu’il ne rentrera pas chez lui: « Madame Maigret ? … Ah, j’ai une bonne nouvelle: vous avez quartier libre, cette nuit ! … Oui. … Tu peux aller au cinéma. … Eh oui… »

Maigret et le marchand de vin Premier appel: Maigret rentre de chez Mme Chabut, à qui il vient d’annoncer la mort de son mari. Il téléphone du bureau des inspecteurs: « Allô ! Madame Maigret ? … Oui. Je rentre dans une demi-heure, une heure tout au plus. … Hein ? (il sourit) Oh là, oh! (ravi) Ajoute un peu de gingembre, hein ! (il rit) » Deuxièm appel: Pigou est à la recherche de Maigret: il vient d’arriver devant le domicile du commissaire. Maigret, depuis son bureau à la PJ, suit ses déplacements grâce à la filature de ses inspecteurs. Il appelle sa femme pour la rassurer: « Allô ? … Il y a quelqu’un qui frappe ? … Tu ne réponds pas ! … Il va repartir. … Non, t’inquiète pas ! … Allez, recouche-toi et dors ! »

Maigret chez le ministre Maigret téléphone à Mme Maigret depuis le bureau des inspecteurs: « Oui, c’est moi. Qu’est-ce qu’il y a à dîner ? … Oh, des restes. … C’est gai! … Non, non, je rentre ce soir! Mais je repars demain matin, dès potron-minet ! … Eh oui ! … C’est mieux que si j’avais une maîtresse ! … Ah, tu préférerais ! … Très bien ! Tu me donnes une idée! (il rit) A tout de suite ! »

Maigret et le fou de Sainte-Clothilde Dans cet épisode, on a droit à quatre coups de téléphone de Maigret à sa femme. Le thème du récit le justifie, puisque Maigret est confiné à Sainte-Clothilde à cause d’une entorse, et Mme Maigret se trouve auprès de sa nièce qui va accoucher. C’est pourquoi celui-ci va lui téléphoner plusieurs fois au cours de l’histoire… Premier appel: Maigret vient de s’installer à l’hôpital, et il appelle Mme Maigret pour la mettre au courant de son accident: « Mais si, j’aime les bébés ! … Deux ou trois jours, pas plus. … Mais tu sais bien que si j’ai besoin de toi, je t’appellerai. … On n’est pas à des milliers de kilomètres. … Oui, comme ça, je ne serai pas toujours dans tes jupes! … Non, c’est très superficiel, comme entorse. … Allez, je t’embrasse. » Deuxième appel: Maigret est toujours à l’hôpital, et Lachenal va le rejoindre: « Mais qu’est-ce que tu veux que je te dise, moi ! Je suis descendu par inadvertance, c’est tout ! … Ah, tu ne me crois pas ! C’est nouveau, ça ! … Mais non, écoute, je ne suis pas somnambule ! … Oh… (on frappe à la porte) Tiens, voilà Lachenal qui m’apporte mes affaires. … Bon, alors tu restes avec ta nièce, et je te rappelle ! … Je t’embrasse. » Troisième appel: Maigret est maintenant installé à l’hôtel: « Non, non! Juste un petit élancement. Et encore, pas tout le temps. … Non, je me repose, oui. … Non, non et non! C’est inutile ! Je serai là dimanche matin, au plus tard. Il n’est pas encore né, le divin enfant ! De toute façon. … C’est ça. … Bon, je t’embrasse. … Oui, c’est ça. A plus tard. » Quatrième appel: Lachenal rejoint Maigret après l’enterrement de Mme Rivaud. L’image montre la salle à manger de l’hôtel, et on entend Maigret téléphoner en voix off: « Trois kilos six ? … C’est un garçon ? … Tu féliciteras la maman ! … Bon, je vous rappelle. »

 

La maison de Félicie A la poste. Après avoir reçu un appel de Janvier qui file Pétillon, Maigret appelle sa femme: « Allô, c’est moi ! … Oui, non, je … je ne pourrai pas venir dimanche ! … Si je suis tombé sous le charme ? J’aimerais mieux avoir affaire à dix truands armés jusqu’aux dents ! Ils sont moins imprévisibles ! … Bon, écoute, je te rappelle. … Va au cinéma ! … Allez, je t’embrasse. »

Signé Picpus Premier appel: Maigret s’est rendu de nuit dans l’appartement de Mlle Jeanne. C’est de là qu’il appelle sa femme: « Allô ? Oui, c’est moi. … Eh oui, je ne sais pas à quelle heure je vais rentrer. … Même au mois de juillet, tu vois. .. Les assassins ne prennent pas de vacances. … Hein ? … (il rit) Dis donc, ça te viendrait, à toi, l’idée d’enfermer ton mari ? (il rit) Mais non, je plaisante ! … Bon, ben, écoute, à tout à l’heure. … Au revoir. » Deuxième appel: Maigret passe son dimanche à l’auberge de Mlle Roy: « Mais non, Madame Maigret ! C’est pas une partie de plaisir ! C’est une enquête. … Sinon je t’aurais emmenée, tu le sais bien ! … (M. Blaise passe à côté de lui, Maigret lui dit bonjour) Non, c’est quelqu’un qui passe. D’ailleurs, cette auberge ne t’aurait pas plus du tout, je connais tes goûts ! … C’est au bord d’une route… Oh oui, c’est une drôle d’enquête: je découvre un tas de petits secrets qui n’ont rien à voir avec le crime. Il doit bien y en avoir de plus gros, bien cachés. Mais où ? Non, décidément, je ne me sens pas inspiré. … Tu vois, tout ça n’est pas très amusant. … Allez! … Oui, moi aussi. … Je t’embrasse. » Troisième appel: Maigret, après avoir arrêté Mme Le Cloaguen, va trouver Emma, qui doit le mener sur la piste de Justin. Pendant que Maury suit Emma, Maigret se rend au café, d’où il appelle sa femme: « Oui, c’est moi. … Bon, je sais bien que je te réveille. … Ecoute, je te connais: si je ne te préviens pas, à cinq heures du matin, tu vas découvrir que je ne suis pas là, et tu vas t’affoler. … Eh oui, madame. … T’aurais dû m’enfermer: ça se fait beaucoup, en ce moment, d’enfermer ses maris. … Hein ? (il a un grand sourire) Non, non, je plaisante… »

L’ami d’enfance de Maigret C’est le matin: Maigret, arrivé au bureau, a appris que Florentin s’est jeté à l’eau. Il reçoit un coup de téléphone de Mme Maigret: « Allô ? … Ah, c’est toi ! … Mais non ! … Mais non, pas ce midi: j’ai promis au Dr Paul de partager un plat de tripes avec lui. … Mais oui, je t’en avais parlé. … Comme ça, tu pourras aller chez ton coiffeur. … Oui. … Bon, allez. … A ce soir. »

Les scrupules de Maigret Premier appel: c’est le soir d’après la cérémonie de la remise de la médaille. Maigret est rentré à sa chambre d’hôtel, d’où il téléphone à sa femme: « Quoi ?! Tu es folle ?! Jamais cette décoration n’ira sur le mur de la salle à manger! Une médaille, ça se range dans les tiroirs ! … Bon, écoute. Je t’appellerai dès que j’arriverai. … (il rit) Oui! Moi aussi ! » Deuxième appel: Maigret, assis dans le fauteuil de sa chambre d’hôtel, compulse le dossier d’assurances des Marton. Sur le lit, un paquet-cadeau de lingerie fine de la maison Harris Schwob. « Je ne te réveille pas ? … A Bruges ?! Non, je n’ai pas eu le temps. … Oh, vers midi, je pense. … Mais comme je te l’ai dit: on ramène le détenu extradé. … Oui. … Quoi ? … Comment tu as deviné ça ?! … Oui, c’est une histoire bizarre. … Je te raconterai tout ça demain. … Oui. … Et ta sinusite, ça va ? … Oui, oui, moi aussi. … Bon, allez, je t’embrasse. »

Maigret et le clochard Après avoir emmené Jef au Quai des Orfèvres, Maigret, depuis le bureau des inspecteurs, téléphone à Mme Maigret: « Allô ? … Oui, c’est moi. Dis donc, je ne vais pas rentrer dîner. … Oh, j’en ai pour une bonne partie de la nuit. … Oui, c’est ça. … Allez, dors bien! »

Maigret en meublé Premier appel: Maigret vient d’arriver à l’Estrapade. C’est Mme Maigret qui l’appelle: « Allô ? … Ah, c’est toi ! Déjà inquiète ?! Mais je viens à peine d’arriver ! (il soupire) Une enquête ! Une enquête sérieuse: Archambaud a été grièvement blessé. Juste en face de l’endroit d’où je te parle. …. Ecoute, je ne sais pas. … Oui. (il soupire) Quand on aura trouvé le coupable ! Et celui-là, on l’aura, je te le garantis ! … Bon. … Moi aussi ! Je t’embrasse. La prochaine fois, c’est moi qui t’appelle. » Deuxième appel: Maigret, après l’arrestation de Paulus, est revenu à l’Estrapade. C’est le soir. Le téléphone sonne: « Allô ? … Ah, c’est toi ? … Pourquoi ? … Mais si! Je me sens très bien. … Comment ? Je ne m’éternise pas ici, je travaille ! … Oui. … Hortense est déjà sur pied ? Eh bien, tant mieux ! … Mais je suis content que tu rentres. … Mais si ! … Oh, je ne sais pas, ce que tu veux … Pas de paupiettes, hein ! »

Maigret et les sept petites croix L’inspecteur Gianni est en train de recueillir la déposition d’Olivier Lecoeur. Le téléphone sonne dans le bureau de Maigret: c’est Mme Maigret qui appelle. « Je n’ai pas voulu te réveiller en pleine nuit. … Mais, écoute, tu le sais bien, c’est pas la première fois. … Non. … Mais non, je ne pourrai pas venir. … Mais je te rejoindrai plus tard. … Allez, écoute, je ne peux pas rester au téléphone, là. … Je te rappellerai demain. … Allez, recouche-toi. … Oui… »

Maigret et l’Etoile du Nord Maigret est en train d’interroger Céline sur Bompard. Le téléphone sonne: c’est Mme Maigret qui est au bout du fil: « Oui ? … Ah oui… Ah bon ? … Ecoute, moi je ne sais pas, l’électricien, fais pour le mieux ! … Oui. … Ah non, j’ai passé une nuit blanche. … Ecoute, j’arrive dès que je peux. … Allez, au revoir ! »