Les inspecteurs de Maigret: de Janvier à Christiani, en passant par Lachenal

Les inspecteurs – les plus proches collaborateurs de Maigret – jouent un rôle important dans les romans. L’équipe de Maigret compte un certain nombre d’inspecteurs, mais tous ne sont pas situés sur le même plan. Un grand nombre de ces inspecteurs n’apparaissent que de façon plus ou moins épisodique, mais quatre d’entre eux sont au premier plan dans leur relation avec Maigret. Ces quatre fidèles sont, comme le sait tout maigretphile qui se respecte, Lucas, Janvier, Lapointe et Torrence.

Dans cette rubrique, nous allons voir comment les adaptations prennent en compte le rôle de ces inspecteurs, et analyser les variations par rapport aux romans. Pour faire cette analyse, on peut séparer la série en deux grandes périodes: la première, de 1991 à 1998, comporte les 30 premiers épisodes; la seconde, de 1999 à 2005, comprenant les 24 derniers épisodes. La première période peut elle-même être divisée en deux parties: d’une part, les 24 premiers épisodes, qui, comme l’écrit Jacques-Yves Depoix dans son guide sur la série, « peuvent être considérés comme des épisodes classiques, […] notamment à cause de la présence répétée de personnages comme les inspecteurs Lucas, Lapointe, Torrence et Janvier »; et d’autre part, les 6 épisodes suivants, qui, comme l’écrit encore Depoix, marquent une cassure, car dans ces épisodes « Maigret n’officie pas à la PJ, mais en province [et] du coup, ses collaborateurs ne sont jamais les mêmes ». Pour la seconde période, on peut aussi proposer une subdivision: d’une part, les 9 premiers épisodes, qui voient l’apparition de l’inspecteur Lachenal, et d’autre part les 15 derniers épisodes.

Comme dit plus haut, les 24 premiers épisodes voient, dans leur adaptation, la conservation des personnages « classiques » des romans, à savoir la présence des inspecteurs de Maigret que sont Torrence, Lapointe, Lucas et Janvier. Notons cependant que ces quatre inspecteurs n’apparaissent pas systématiquement dans les 24 épisodes. On rencontre tantôt l’un, tantôt l’autre, en fonction des adaptations.

Dans les épisodes qui se passent hors de Paris, on ne rencontre évidemment pas les « quatre fidèles », qui sont aussi absents des romans correspondants, dans lesquels Maigret travaille avec les inspecteurs locaux, qu’on retrouve aussi parfois dans la série (par exemple, Machère dans Maigret et le corps sans tête, Castaing dans Maigret et la vieille dame, ou Méjat dans Maigret et la maison du juge); il arrive aussi qu’un inspecteur présent dans le roman ait été remplacé par un autre dans l’épisode: ainsi, dans le roman La nuit du carrefour, Maigret travaille avec Lucas, remplacé dans l’épisode par l’inspecteur Colin; et dans le roman Le port des brumes, Maigret appelle Lucas en renfort, tandis que dans l’épisode, c’est l’inspecteur Verduret qui vient apporter une aide plus ou moins efficace… Autre cas de figure: le roman Maigret et le fantôme se passe à Paris, et on y retrouve donc les collaborateurs « classiques » de Maigret; tandis que dans l’épisode, qui se déroule en Finlande, Maigret travaille avec l’inspecteur Ari, qu’on retrouve dans Maigret en Finlande, adapté du roman Un crime en Hollande, dans lequel Maigret travaille, bon gré mal gré, avec l’inspecteur Pijpekamp.

Dans les épisodes qui se passent à Paris, alors que, dans les romans correspondants, on trouve la présence – sinon du moins la mention – de chacun des « quatre fidèles », pour les épisodes, on n’a gardé que l’un ou l’autre de ces personnages, souvent en leur attribuant les actions qui sont réparties sur les quatre inspecteurs. C’est ainsi que n’apparaissent, dans un épisode, jamais plus de deux des « quatre fidèles » à la fois. Parfois, c’est même un seul qui est présent, avec un autre inspecteur différent et épisodique: ainsi Machère qui réapparaît dans Maigret et le corps sans tête, ou Santoni dans Maigret et l’homme du banc (qui existe aussi dans le roman correspondant).

Le personnage de Lucas n’apparaît que dans deux épisodes: Maigret et les caves du Majestic et Cécile est morte. Le rôle est tenu par Jean-Pierre Gos. A noter que dans toute la série, Lucas n’apparaîtra encore qu’à une seule reprise, dans l’épisode L’ami d’enfance de Maigret, où le rôle, tenu vraisemblablement par un acteur tchèque (production délocalisée oblige…), n’est même pas mentionné dans le générique: dans cet épisode, le personnage n’a qu’une importance secondaire: on le voit « faire la planque » devant chez Florentin, et une autre fois, il mange en compagnie de Maigret et de Battesti; son rôle est quasiment de la figuration, puisqu’il n’a même pas de réplique à dire… On est ici très loin de la série avec Jean Richard, où Lucas, dont le rôle était tenu par François Cadet, a été quasiment omniprésent sur toute la durée de la série, dans une très grande majorité des épisodes !

Le rôle de l’inspecteur Janvier est tenu, dans la série, par Jean-Claude Frissung; il assure une certaine continuité dans cette première partie de la première période, puisqu’il apparaît dans 8 épisodes, depuis le premier diffusé à l’origine (Maigret et la Grande Perche), en passant par Maigret et les caves du Majestic, Maigret et les témoins récalcitrants, Maigret et l’écluse no 1, Cécile est morte, Maigret se trompe, Maigret et la tête d’un homme, jusqu’à Maigret tend un piège.

Lapointe n’apparaît que dans deux épisodes: dans celui qui inaugure la série (Maigret et les plaisirs de la nuit), où son rôle est indispensable pour l’intrigue: c’est lui qui est amoureux de Lili (Arlette dans le roman Maigret au Picratt’s, deuxième roman où le personnage apparaît dans la saga); et dans Maigret et le corps sans tête. On n’aura plus l’occasion de revoir le personnage dans la série, même si peut considérer que ce rôle, cet « emploi » comme on dit au théâtre, du jeune inspecteur débutant et plein de fougue, sera tenu par d’autres inspecteurs au nom différent, mais à la fonction semblable: par exemple, l’inspecteur Maury dans Un échec de Maigret, ou le jeune inspecteur dans Maigret et l’homme du banc.

Torrence apparaît dans sept épisodes. Dans les deux premiers (Maigret et les plaisirs de la nuit, Maigret et la Grande Perche), le rôle est tenu par Serge Beauvois.

Le personnage disparaît ensuite pour revenir dans Maigret se défend, où le rôle est repris par Eric Prat. A mon avis, celui-ci a été fort convaincant dans ce rôle, et on peut regretter que le personnage ait été abandonné par la suite: Eric Prat apportait une touche d’humour bienvenue, et sa relation à Maigret se rapprochait assez de l’esprit de celle des romans, avec cette complicité souvent décrite entre le commissaire et « ses hommes ». Cette complicité est un aspect qui a été passablement gommée dans la série, sans doute parce que Maigret y était perçu comme le personnage qui occupait le devant de la scène, et que, quelque part, c’est lui qui comptait… C’est aussi comme cela que Bruno Crémer le jouait au début, et il faudra attendre la deuxième période de la série pour voir Maigret « s’humaniser », et approfondir ses relations avec ses inspecteurs, qui prendront plus d’importance, comme les personnages de Lachenal ou de Christiani. Nous y reviendrons. Eric Prat en Torrence apparaît encore dans La patience de Maigret, Maigret et l’homme du banc, Maigret et les témoins récalcitrants, Maigret et la tête d’un homme.

 

Bruno Crémer et Eric Prat dans Maigret et l’homme du banc

On peut ajouter aux quatre « fidèles » le personnage de Moers. L’homme du laboratoire est une aide précieuse pour Maigret: grâce à Moers, les résultats d’analyse d’indices permettent souvent de donner une certaine orientation à l’enquête. Alors que Moers est présent dans de nombreux romans de la saga, il n’apparaît que dans cinq épisodes, et on peut le regretter, car Pierre Baillot, qui a tenu le rôle, y était excellent et apportait une touche d’humour bienvenue. Moers apparaît dans Maigret et la Grande Perche, Maigret et le corps sans tête, Maigret et les témoins récalcitrants, Maigret et la tête d’un homme, Maigret tend un piège.

 

Dans les six épisodes suivants, qui correspondent aux années de production 1997 et 1998, les enquêtes de Maigret se passent hors de Paris, et le commissaire travaille en collaboration avec des policiers locaux, comme, par exemple, le commissaire Luchart dans Maigret et l’enfant de choeur, l’inspecteur Boutigues dans Maigret et le Liberty Bar, ou le lieutenant Picard dans Meurtre dans un jardin potager.

Les neuf épisodes suivants sont caractérisés par la présence, aux côtés de Maigret, de l’inspecteur Lachenal. Neveu du commissaire, il apparaît dans l’épisode Un meurtre de première classe, où, travaillant à Jeumont, il téléphone à son oncle pour lui demander son aide. L’intrigue est reprise de la nouvelle Jeumont, 51 minutes d’arrêt !, où le neveu de Maigret apparaît aussi, sous le nom de Paul Vinchon, dit Popaul. Ce personnage de neveu du commissaire contribue à renforcer la part d’humanité de Maigret, tel que commence à le jouer Crémer dès cette époque, et va donner un nouveau tour aux relations entre le « patron » et ses inspecteurs, relations qui seront plus accentuées dès cette période de la série. On ne sait pas si c’est cet aspect des choses qui a donné aux scénaristes l’envie de reprendre le personnage de Lachenal, ou s’ils ont trouvé Alexandre Brasseur particulièrement convaincant dans le rôle, toujours est-il que par un « artifice » du scénario, Lachenal va revenir dans l’épisode suivant (Maigret voit double): Maigret téléphone au commissaire qui emploie Lachenal pour lui demander de lui « prêter » son inspecteur, afin que celui-ci puisse lui apporter son aide dans la surveillance de Francine Tremblet. C’est l’occasion, à nouveau, d’introduire dans le scénario quelques éléments sur la vie personnelle de Maigret, puisque celui-ci peut donner des nouvelles de sa femme (qui a « disparu physiquement » des épisodes depuis 1995, et dont la présence n’est plus marquée que par les coups de téléphone que lui donne son mari) à son neveu, lorsque celui-ci le rejoint. On verra l’inspecteur Lachenal encore dans sept autres épisodes, où il joue toujours ce rôle de « partner », dans le sens qu’il donne la réplique à Maigret dans ces fameuses scènes d’étincelants dialogues, comme on en connaît par exemple dans Maigret chez les riches ou Maigret et le fou de Sainte-Clothilde.

A noter que dans certains de ces épisodes, on voit d’autres inspecteurs jouer un rôle plus ou moins important: ainsi, l’inspecteur Luciani (joué par Fabien Béhar) dans Un meurtre de première classe, Maigret chez les riches et Maigret et la fenêtre ouverte;

l’inspecteur Olmetta (Julien Cafaro) dans Maigret voit double; les inspecteurs Lorenzi (Bruno Abraham-Kremer) et Lambert (Laurent Schilling) dans Maigret et le marchand de vin et Maigret chez le ministre.

Outre ces épisodes cités, Lachenal apparaît encore dans Maigret et la croqueuse de diamants et Mon ami Maigret.

Les quinze derniers épisodes sont caractérisés par la présence de divers inspecteurs, dont certains réapparaissent dans plusieurs épisodes. C’est le cas de l’inspecteur Christiani (joué par Pierre Diot), qui mélange dans son personnage l’humour et la complicité avec Maigret qu’avaient à la fois Lachenal et le Torrence joué par Eric Prat. A noter qu’aucun inspecteur ne se nomme Christiani dans les romans, mais que ce patronyme apparaît dans une nouvelle, Rue Pigalle, où Christiani est le nom… d’un truand ! L’inspecteur Christiani apparaît pour la première fois dans l’épisode La maison de Félicie; on le retrouve ensuite dans les quatre épisodes suivants Maigret et la princesse, Un échec de Maigret, Signé Picpus, L’ami d’enfance de Maigret; puis, après deux épisodes qui se passent hors de Paris, il est de retour dans Maigret et le clochard; on le retrouvera encore plus tard dans Maigret en meublé et Maigret et la demoiselle de compagnie.

Christiani est flanqué, selon les épisodes, d’autres inspecteurs: Battesti, joué par Jean-Paul Bonnaire (Maigret et la princesse, L’ami d’enfance de Maigret, Maigret et le clochard), dans un rôle de « faire-valoir » un peu comique;

Maury (Matthias Van Kache) dans un rôle de jeune inspecteur plein de fougue qui rappelle la fonction de Lapointe (il apparaît dans Un échec de Maigret et Signé Picpus);

ou, pour un seul épisode (La maison de Félicie), Janvier, joué par Jean O’Cottrell.

On trouve dans quelques épisodes des inspecteurs au rôle plus limité, qui ne font qu’une seule apparition: par exemple, les deux inspecteurs belges de l’épisode Les scrupules de Maigret, ou l’inspecteur Dantec de Maigret chez le docteur, ou encore les inspecteurs Gianni et Bonfils (Maigret et les sept petites croix) ou Bastien et Peretti (Maigret et l’Etoile du Nord). Si on les voit mener une partie de l’enquête, en particulier les interrogatoires des témoins et des suspects, ces inspecteurs n’ont plus avec Maigret la relation privilégiée qu’on voyait entre le commissaire et Christiani, Janvier ou Lachenal.

Voilà ce qu’on pouvait dire à propos des inspecteurs de Maigret, tels que les scénaristes de la série les ont imaginés, en s’éloignant plus ou moins des modèles présents dans les romans, en leur donnant sans doute une présence plus limitée qu’elle n’est dans ceux-ci, mais en leur gardant ce qui est leur rôle essentiel: habiter le monde de Maigret, pour rendre celui-ci plus vivant et plus réel dans son imaginaire…