Lorsqu’on prévoit une adaptation à l’écran d’un roman Maigret, il s’agit aussi de tenir compte des aspects vestimentaires, qui font partie, au même titre que les décors, de l’ambiance nécessaire à l’histoire, et cela d’autant plus lorsqu’on veut connoter une série dans une époque donnée. Situer les épisodes dans les années 1950, c’est faire appel à toute une série d’éléments qui permettent au téléspectateur de reconnaître une « ambiance d’époque »: décors, voitures, mais aussi vêtements des protagonistes. Si les dames portent robes fleuries à jupons ballonnants, les messieurs revêtent, selon leur âge, blousons ou complets-vestons.

Maigret n’échappe pas à la règle, tant il est vrai que son habillement fait partie de son personnage, parce que ses vêtements aident à souligner sa silhouette caractéristique. Parmi les accessoires qui rendent cette silhouette reconnaissable, trois sont particulièrement marquants: en premier lieu une pipe, puis un chapeau et un pardessus. Trois indices qui renvoient le téléspectateur à ses connaissances intrinsèques, et lui permettent de reconnaître et d’identifier le personnage en tant que policier. Ces trois accessoires sont aussi utiles à la description du commissaire parisien, que le sont la loupe de Sherlock Holmes, les moustaches d’Hercule Poirot, le vieil imper fripé de Columbo, ou les sucettes de Kojak… Pourtant, on peut se poser la question de la « vérité nécessaire » de ces trois accessoires, et plus précisément, on peut se demander s’ils ont tous les trois la même importance dans l’identification de Maigret.

Le seul à faire intégralement et obligatoirement partie du personnage, c’est la pipe. A lire les romans, on se rend compte qu’il arrive à Maigret de se promener sans pardessus, que son chapeau a une importance relative dans les enquêtes (le chapeau melon de la première partie de la saga faisant bientôt place à un feutre plus ou moins anonyme), alors que le commissaire ne peut mener une enquête sans tirer sur sa bouffarde, menant ses cogitations à travers les méandres de la fumée qui s’étire autour de lui…

Si la pipe est un outil indispensable au travail de Maigret, le pardessus et le chapeau servent surtout, comme dit plus haut, au dessin d’une silhouette. Bruno Crémer finira par abandonner le chapeau, et ne gardera que l’essentiel, à savoir sa pipe, comme indice identificatoire. Ceci sera rendu possible par la puissance du jeu de l’acteur, qui, au fur et à mesure de la série, va de plus en plus apprendre à jouer Maigret « de l’intérieur », par une sorte de processus d’identification que semblent avoir connu, bon gré mal gré, tous les acteurs qui se sont essayés au personnage sur une longue durée…

Un film « en costumes » implique d’habiller les acteurs et les figurants d’une manière qui semble aussi naturelle que possible, et il se fait que, si les complets et pardessus trouvés pour Crémer alias Maigret ont, pour la plupart, été une réussite, il n’en a pas été de même pour son chapeau; l’acteur, et sans doute les réalisateurs, décorateurs et costumiers, ont dû se rendre compte que ce couvre-chef n’amenait rien au personnage, et que ce chapeau ne seyait pas à Crémer… C’est ainsi que le chapeau n’apparaît que dans 25 épisodes, évidemment situés plutôt dans la première partie de la série.

Le pardessus de Maigret alias Crémer, surtout celui de la deuxième période de la série, a été un élément récurrent qui a permis au téléspectateur de reconnaître, d’un épisode à l’autre, le personnage central de l’histoire. Ce pardessus échappait donc, si l’on peut dire, à la mainmise des costumières, obligées, en quelque sorte, d’en tenir compte dans leur travail. Par contre, quelques libertés supplémentaires leur étaient laissées quant au reste de l’habillement du commissaire, où la règle devait être, probablement, le respect de quelques consignes de base: faire porter au commissaire une tenue conforme aux années pendant lesquelles l’auteur a créé son personnage, autrement dit portant, à la façon des messieurs convenables des années 1930 à 1970, un complet-veston. La description qui en est faite dans les romans comporte peu de détails: complet plutôt sombre, sobre, où le veston se porte en principe sur un gilet. Celui-ci est mentionné surtout dans les romans des années 30 et 40, probablement parce que le gilet passe de mode dès la fin des années cinquante. Sous le pardessus, le veston est donc de rigueur; il est porté sur une chemise claire, et parfois avec un gilet. La cravate l’accompagne le plus souvent, mais on verra Crémer, alias Maigret, se permettre quelques écarts à la règle…. Quant au gilet, son port ne devait par forcément être une nécessité absolue, si l’on en juge par le nombre d’épisodes où Maigret porte un tel vêtement: en effet, sur les 54 épisodes de la série, il n’en est que 29 où Maigret arbore un gilet.

Dans cette rubrique, nous allons donc suivre l’évolution du costume de Maigret porté par Crémer, et essayer d’illustrer, en prenant l’exemple de ces accessoires, les rapports entre un acteur et son personnage.

Maigret et les plaisirs de la nuit

Pour inaugurer la série, il est évident qu’on va utiliser des accessoires de reconnaissance qui permettent d’indiquer au téléspectateur qu’il se trouve dans une série policière, et, qui plus est, datée dans les années ’50: inspecteurs et commissaires portent donc pardessus et chapeaux mous. Maigret n’échappe pas à la règle, et on dote Crémer d’un pardessus et d’un chapeau, un « feutre bordé », d’une teinte bleu-noir, en harmonie avec son pardessus, mais qui, il faut le dire, n’est pas une réussite… Maigret lui-même, alias Crémer, a cette réplique dans l’épisode, beaucoup plus tardif, de Maigret et le fou de Sainte-Clothilde: « C’est comme moi: un jour, j’avais acheté un chapeau mou… très police, là… pour impressionner.. Mais je n’ai jamais impressionné personne avec ça ! » Le pardessus est un grand manteau gris, au tissu assez chic, mais malheureusement, les poches extérieures sont particulièrement peu seyantes…Sous le manteau, notre commissaire porte veston et gilet sur une chemise claire. Teintes sombres et sobres, avec la note chic de la cravate… Le gilet n’est pas boutonné, mais il est fait d’une pièce, avec un décolleté en V; c’est un gilet fermé qui s’enfile par la tête; il est sombre, et discret comme le reste du costume. Jusqu’en 1997, c’est ce même gilet, à deux exceptions près, que l’on verra arboré par Maigret. Sur les 28 épisodes de cette période, Maigret portera un gilet dans 16 d’entre eux. Dans les quatre épisodes suivants (Maigret et la Grande Perche, Maigret chez les Flamands, Maigret et la maison du juge, Maigret et le corps sans tête), le commissaire ne porte pas de gilet: on a l’impression d’une « période d’essai », où les metteurs en scène se succèdent, ainsi que les costumières, et chacun semble y aller de ses préférences pour habiller le héros…

Maigret et la Grande Perche

La première image de l’épisode (rappelons au passage qu’il inaugura la série puisqu’il fut le premier à être diffusé) nous montre la silhouette de Maigret, reconnaissable à deux éléments: une pipe et un chapeau. Le chapeau porté par Maigret, quoique du même style que celui de l’épisode précédent, en diffère cependant un peu: les bords sont moins relevés, et le dessus est moins « creusé ». On est toujours dans le classique: veston bleu sombre, cravate assortie, mais pas de gilet. Une petite note de fantaisie avec l’écharpe et les lunettes, mais l’essai restera unique dans la série… Par contre, on regrettera que l’on n’ait pas poursuivi l’expérience du manteau noir, qui est bien plus seyant que le gris. Il faudra attendre encore longtemps (voir plus loin…) pour qu’on retrouve enfin Maigret-Crémer dans un manteau noir!

Maigret chez les Flamands

Dans ce troisième épisode, on fait un autre essai de costume pour Maigret: il ne déambule qu’en complet (veston presque noir, cravate marron), sans pardessus, juste une gabardine que le commissaire porte sur le bras en arrivant à Givet, histoire de souligner le côté « voyageur », mais qu’il ne revêtira pas au cours de l’épisode… Pas de chapeau non plus, et cela ne l’empêche pas de mener à bien son enquête !

Maigret et la maison du juge

Sur un élégant costume bleu, avec la cravate assortie, Maigret arbore un étrange pardessus qu’on ne lui voit que dans cet épisode: un pardessus beige, à gros boutons (presque trop gros), au col à grands revers (trop grands aussi…) et à ceinture, laquelle le commissaire ne noue jamais, ce qui lui donne une allure assez étonnante… Ce pardessus ne restera pas dans les annales, et pour cause ! On est encore dans une période d’essai: on reprend un chapeau aux bords plus relevés, de teinte foncée (brun-noir).

Maigret et le corps sans tête

Et voici le retour du manteau gris ! Dessous, Maigret porte un veston sombre, éclairé par une cravate aux reflets bleutés. Pas de gilet. On reste dans le sobre, voire à la limite du terne. La silhouette du commissaire se fond dans le paysage, et c’est le jeu de l’acteur qui fait toute la nuance du personnage… Pendant près des deux tiers de cet épisode, tout se passe comme si on avait oublié que Maigret « doit » porter un chapeau… jusqu’au moment où le commissaire décroche un chapeau du portemanteau de son bureau, pour se rendre chez Calas pendant la nuit; on a l’impression que cette « réapparition » du chapeau ne servait qu’à amener l’image de la scène où Maigret débarque de la voiture de police, comme un écho de la scène semblable qui inaugurait le premier épisode…

Maigret et la nuit du carrefour

Dans cet épisode, on continue avec le même pardessus et le feutre bordé: ce sera la tenue « classique » du commissaire pour la majeure partie des épisodes à venir jusqu’en 1996, ce qui correspond environ à la première moitié de la série. Sous son pardessus gris, Maigret porte un veston sombre, un élégant gilet noir et une cravate chic.

Maigret et les caves du Majestic

A nouveau un épisode où Maigret ne porte ni chapeau, ni pardessus. On le voit juste avec une gabardine sur sa valise, lorsqu’il se rend à Aix-les-Bains. Pas de grand changement au niveau de la teinte du veston. Néanmoins, un peu de fantaisie s’introduit discrètement dans la tenue du commissaire: on ose la cravate rouge, d’un beau rouge vif. Celle-ci apparaît dans la deuxième moitié de l’épisode, remplaçant une banale cravate sombre. On a de nouveau renoncé au gilet.

Vont suivre une longue série d’épisodes (à quelques exceptions près) où Maigret porte une tenue qu’on pense sans doute être alors sa « marque de fabrique »: lourd pardessus à chevrons gris bleuté et feutre mou bordé. C’est la silhouette « classique » qui apparaît dans le générique de la série.

Maigret se défend

Toujours le veston sombre, gilet et cravate assortie. Du classique, mais quel chic ! Le motif en chevrons du manteau sied assez à Maigret-Crémer, mais bon sang, qui a eu l’idée d’y coudre ces poches extérieures !!

La patience de Maigret

On garde le même pardessus, le même chapeau, et on recommence ! Dessous, on porte un veston noir (aux boutons étonnamment gros et voyants…) sur un gilet sombre, et une cravate avec un motif à pois.

Maigret et les témoins récalcitrants

Une exception dans cette suite d’épisodes: Maigret porte bien un chapeau, mais le pardessus à chevrons est remplacé par une gabardine de teinte gris bleuté, variant selon la lumière de la scène. Dessous, on porte le classique complet bleu sombre, sans gilet, mais avec une cravate au discret motif à pois, en version bleue ou rouge.

Maigret et l’homme du banc

On retrouve le pardessus à dessin en chevrons. Dessous, un élégant costume bleu nuit, et on devine sous le veston un gilet de même couleur.

Maigret et le fantôme

Dans cet épisode, où, pour la première fois dans la série, Maigret enquête hors de France, on va avoir une atmosphère un peu différente, qui se marque par l’abandon rapide du chapeau et du pardessus (il faut dire qu’il fait chaud en été en Finlande…): après une scène du début de l’épisode, où Maigret doit bien porter chapeau et pardessus, afin que l’inspecteur Ari puisse le reconnaître, le commissaire laisse tomber ses accessoires pour le reste de l’enquête… On reste dans le sobre avec un veston noir. Pas de gilet, mais une cravate à pois. Le noir du veston prend des reflets bleus sous le ciel de la Finlande…

Maigret et l’écluse no 1

Sous le pardessus et le chapeau, la tenue est des plus sobres: veston gris sombre, cravate de même ton.

Cécile est morte

Sous le pardessus (c’est toujours le même !), Maigret porte un veston gris bleuté à fines rayures. Cravate bleu sombre et on retrouve un gilet noir…

Maigret se trompe

Un épisode où Maigret évolue en veston, sans chapeau ni pardessus, mais par contre, il arbore, sous un veston sombre, un magnifique gilet bleu ciel… Cette teinte lui sied admirablement bien, et la note rouge de la cravate, mariée au veston sombre, compose un ensemble des plus réussis ! Dommage que l’on n’ait pas renouvelé l’expérience…

Maigret et la vieille dame

Encore un épisode où Maigret ne porte ni chapeau, ni pardessus. Comme il enquête à nouveau hors de Paris, on le voit débarquer à la gare, avec une valise et une gabardine sur le bras. On se met en veston bleu pour recevoir une charmante vieille dame; cravate simple, unie, dans les bleu-gris. Pour se rendre au bord de la mer, Maigret emporte un veston brun sur son gilet sombre, mais aussi son veston bleu (à moins que cela ne soit le même, dont le tissu « accrocherait » la lumière de façon un peu différente selon les scènes; cela arrive plusieurs fois dans la série que les couleurs ressortent un peu différemment selon les plans…). Pour la villégiature, la cravate bleue à pois blancs est de rigueur…

Maigret et la vente à la bougie

Décidément, Maigret alias Crémer se sent à l’aise sans chapeau, et s’il garde le pardessus dans cet épisode, il le porte sans cérémonie, sur un pyjama, histoire de montrer qu’on est toujours commissaire, même grippé… Une fois guéri, Maigret retrouve un costume gris sombre à fines rayures, et son gilet. La cravate unie est assez quelconque. On trouve, vers la fin de l’épisode, une scène où Maigret, rhabillé, dépose son chapeau sur un portemanteau.

Les vacances de Maigret

De nouveau un épisode où Maigret porte sa tenue classique. Diable, on a beau être « en vacances », comment voulez-vous mener une enquête si on ne peut pas vous reconnaître ?! Alors, une seule solution: mettre un chapeau et un pardessus… Dessous, on porte un costume sombre et sobre, toujours avec son gilet.

Maigret et l’affaire Saint-Fiacre

Tout cet épisode est tourné dans une lumière qui fait ressortir les tons bleus: bleu des salles et des toits du château, bleu des yeux de la comtesse, et c’est ainsi que le pardessus et le chapeau de Maigret paraissent très bleus, alors que dans les épisodes précédents, ils semblaient plutôt gris. Dessous, un costume bleu-gris, gilet et cravate dans les mêmes tons. Selon la lumière, ceux-ci prennent une teinte plus sombre tirant sur le noir.

Maigret et le port des brumes

Et on continue avec le même pardessus ! Il faut dire que c’est devenu un emblème du personnage de Maigret-Crémer, ça permet de l’identifier. Pour le reste, on continue dans la tradition: veston et gilet sombre. On se permet tout de même un peu de fantaisie avec une cravate bleue à petits pois blancs…

Maigret et la tête d’un homme

Le pardessus ne fait qu’une brève apparition au début de l’épisode (on ne va pas s’en plaindre…), et on découvre Maigret dans un veston aux tons bruns, porté sur un gilet sombre. Par contre, on a droit à une jolie cravate fantaisie rouge ! Dans l’épisode, on voit une scène où Maigret a laissé tomber la veste, et on découvre alors que le gilet a des manches longues… On en vient à la question du doute existentiel: tous les gilets décolletés en V que nous avons vus jusqu’à présent dans la série auraient-ils des manches et donneraient-ils à Maigret-Crémer cette allure un peu « papy » ?! Heureusement, on est vite rassurés, lorsqu’on se rend compte que cet épisode-ci a été « habillé » par un costumier différent que ceux du reste de la série, ceci expliquant peut-être cela…

Maigret en Finlande

Il en est de cet épisode comme de l’épisode Maigret et le fantôme, qui se passe aussi en Finlande: à savoir que Maigret ne porte son chapeau qu’à son arrivée, ce qui permet d’identifier le personnage. Le commissaire utilise son chapeau pour saluer l’inspecteur Ari, puis se débarrasse au plus vite de son couvre-chef, qu’il ne reprendra qu’à la fin de l’épisode, au moment de son départ. A noter que le commissaire ne porte pas non plus de pardessus, il a juste une gabardine beige sur le bras pour montrer, à l’instar d’autres épisodes, qu’il est « en voyage ». Pour le reste, Maigret a revêtu un veston à fines rayures, assez élégant; il a gardé son gilet, et s’est découvert une cravate fantaisie bleue… on ne vous dit que ça !

Maigret tend un piège

La chaleur qui règne pendant le mois d’août de cette enquête fait que Maigret est habillé « léger »: pas de pardessus, et il ne porte un chapeau que pendant un bref moment de l’épisode: lorsqu’il sort la nuit où le piège a été tendu, il met un chapeau, dont il se débarrasse d’ailleurs rapidement, le laissant dans la voiture qui l’a amené. La chaleur de l’été est un prétexte tout trouvé pour se passer de gilet, et on laissera même son veston largement déboutonné, ce qui permettra de découvrir dans leur ensemble une cravate fantaisie bleue et une chemise blanche drapant un confortable embonpoint …

Maigret a peur

Dans cet épisode, on continue avec le pardessus et le chapeau, toujours dans un style « classique ». Dessous, Maigret arbore un élégant costume bleu sombre, avec gilet et cravate de même couleur.

Maigret et l’enfant de chœur

Cet épisode est le dernier de la série où apparaît la silhouette classique « première manière », en pardessus à chevrons et chapeau, qu’on a connue dès les débuts. Pour le reste, un veston sombre, un gilet, et un cravate bleue fantaisie… Et pourtant, la simplicité du costume semble bien suffisante pour séduire la belle Hélène…

Dans les cinq épisodes suivants, Maigret enquête aux quatre coins de France et de Navarre, prétexte pour se sentir un peu en vacances et se passer du gilet réglementaire. On va aussi abandonner le pardessus à chevrons et du chapeau, et la transition va se faire en utilisant quelques « astuces » de scénario….

Maigret et le Liberty Bar

Comme Maigret se rend dans le Sud, et qu’il y fait donc chaud, c’est un bon prétexte pour ne porter ni chapeau, ni pardessus; on se contente de montrer les deux indices en début d’épisode, lorsque Maigret débarque de l’avion et porte sur le bras une gabardine « de voyage » et tient à la main un chapeau, qu’on ne verra jamais sur sa tête dans l’épisode… On laisse tomber le gilet, mais on garde le veston sombre et la jolie cravate…

Maigret et l’improbable Monsieur Owen

Encore un épisode qui se passe au chaud, et donc ni pardessus, ni chapeau; celui-ci est simplement montré en indice au début de l’épisode: dans le générique, on le voit posé sur une table, avec une pipe dans le sable. La table est installée à côté de la chaise-longue où Maigret se repose. Un peu plus tard, Maigret tient son chapeau à la main, puis celui-ci disparaît pour le reste de l’épisode… Cette fois, le veston est un peu plus clair et on le porte à choix avec ou sans cravate.

Maigret et l’inspecteur Cadavre

Cette fois, dans cet épisode, l’indice même du chapeau a disparu. On voit, lors d’une brève scène, Maigret porter une gabardine, mais pour le reste du temps, il évolue en complet-veston. L’épisode s’ouvre sur une terrible faute de goût: Maigret porte un veston brun (d’un vilain brun…) sur un pantalon bleu ! Erreur du commissaire… ou de l’habilleuse… ? Heureusement, cela s’arrange une fois Maigret en Belgique: le pantalon bleu a retrouvé son veston de la même couleur. Par contre, Maigret arbore une étonnante chemise bleu clair, et une cravate à dessins, disons, quelconque…

Madame Quatre et ses enfants

Dans cet épisode et le suivant, Maigret porte un costume brun assez inhabituel, qui tranche avec le complet-veston qu’on lui a connu jusque-là. Est-ce un hasard ou une coïncidence si ces deux épisodes sont justement des adaptations de nouvelles de Simenon où n’apparaît pas le commissaire ?… Pour cet épisode-ci on fait un peu plus dans la décontraction: pantalon clair (c’est (presque) les vacances !), chemise bleue, veston brun, et pas de cravate. Ah, mais attendez, si on veut jouer les représentants en pharmacie, il faut bien… présenter: on remplace la chemise bleue par une chemise beige, on ajoute une cravate rayée dans les bruns, et le tour est joué !

Meurtre dans un jardin potager

Le brun de ce costume n’est pas la couleur qui sied le mieux à notre Maigret-Crémer. Quant à la cravate: le moins on en dira, le mieux ça vaudra…

Les épisodes de ces années marquent un tournant au niveau de l’habillement de Maigret: on va le voir porter un élégant costume trois pièces, avec gilet boutonné, qui sied parfaitement à notre Maigret-Crémer. Une nouvelle coupe de cheveux, faisant ressortir les tempes grisonnantes du jeune septuagénaire, s’accorde à la classe du costume. On connaît quatre versions de ce costume, en beige, bleu marine, noir et gris. Ce costume trois pièces sera néanmoins abandonné par la suite, et Maigret revêtira un costume sombre, qui lui va aussi bien, mais sans gilet.

Un meurtre de première classe

Les indices du chapeau et du pardessus sont donnés au début de l’épisode, lorsque Maigret arrive à Jeumont avec valise, gabardine sur le bras et chapeau à la main. A la fin de l’épisode, il repartira de même (coussin en plus !). Pour le reste, on a enfin trouvé un costume dont le brun va bien à notre commissaire ! Bravo pour la costumière ! Un élégant costume trois-pièces, avec gilet à boutons, et une belle cravate brun chocolat.

Maigret voit double

Dans cet épisode, nulle trace de chapeau ou de pardessus. Crémer s’est installé dans la peau de Maigret: on inaugure la meilleure période de la série, celle où Crémer est le plus pleinement dans son rôle de commissaire… La chevelure grisonnante le rapproche encore du personnage, et Crémer joue Maigret de plus en plus « de l’intérieur »…La coupe des costumes choisis contribue aussi à « asseoir » le personnage. Dans cet épisode, élégant costume bleu sombre sur gilet boutonné et cravate de même couleur.

Dans les trois épisodes qui suivent, on ne voit apparaître aucun chapeau. On verra une brève réapparition du pardessus à chevrons dans Maigret chez les riches, une gabardine portée au début de l’épisode Mon ami Maigret, et rien du tout dans l’épisode Maigret et la croqueuse de diamants

Maigret chez les riches

Pour l’un des meilleurs épisodes (sinon le meilleur…) de la série, Maigret arbore, sous son classique pardessus (mais pour une fois, on le lui pardonnera) un costume bleu nuit aux reflets chatoyants. Plus une jolie cravate dans les tons mauves. Le tout est parfait !

Maigret et la croqueuse de diamants

Maigret a retrouvé son costume beige porté lors de l’affaire de Jeumont. C’est une bonne idée, car il le porte vraiment bien. On introduit néanmoins une petite nuance avec une autre cravate, brune à pois; et quand l’action s’emballe, on se débarrasse du gilet…

Mon ami Maigret

Pour se rendre dans les îles, on troque son gros manteau contre une gabardine plus légère. Par contre, on aurait bien été inspiré de s’habiller autrement qu’en noir… à cause de la chaleur… pas à cause de l’élégance ! Au contraire, ce costume sombre sied très bien à notre commissaire !… Mais, bon sang, qu’il fait chaud ! Allons, débarrassons-nous du gilet, de la cravate, ouvrons notre col et jouons-la décontracté… Et regardez bien l’image de droite, c’est un cas unique et historique, où l’on découvre avec surprise que Maigret-Crémer porte des bretelles !

Dès l’année 2001, et jusqu’au bout de la série, un virage définitif est pris au niveau de l’habillement de Maigret. Le commissaire adopte son pardessus noir élégant qui va dessiner sa silhouette « deuxième manière », cette haute silhouette qui reste comme l’image « de marque » du Maigret de Crémer… Il va aussi renoncer définitivement au chapeau. Comme pour marquer mieux ce tournant, le premier épisode de cette seconde période, Maigret et la fenêtre ouverte, montre Maigret portant, une dernière fois, un chapeau.

Maigret et la fenêtre ouverte

Dans cet épisode, notre commissaire porte un costume gris très élégant, la plus belle tenue de toute la série. Dommage qu’elle n’apparaisse que dans ce seul épisode, car Maigret-Crémer y est splendide !

Maigret et le marchand de vin

Désormais, Maigret gardera son long pardessus noir, qui lui donne une si élégante silhouette.  Sous le pardessus, on porte un veston sombre, et une jolie cravate fantaisie rouge bordeaux (normal, dans une histoire de marchand de vin…)

Maigret chez le ministre

Tout en sobriété: veston sombre, cravate élégante et belle silhouette enveloppée d’un pardessus noir…

Maigret et le fou de Sainte-Clothilde

Dans cet épisode, il est fait une dernière allusion au chapeau, lorsque Maigret en parle lui-même à l’hôtelier (voir la citation au début de cette rubrique), et aussi en début d’épisode, lorsque Lachenal apporte sa valise à Maigret; il a bien trouvé sa pipe, mais il dit au commissaire: »J’ai oublié votre chapeau« , ce à quoi Maigret répond: « Ça, ce n’est pas grave… » Et on sera bien du même avis là-dessus… Pour cet épisode, on a droit à un festival de cravates ! La photo tout à droite est là pour prouver qu’on peut être élégant, même avec une canne !

La maison de Félicie

C’est toujours le même habillement: pardessus noir sur costume sombre, sans gilet, et cravate grise.

Maigret à l’école

On ne change pas une tenue gagnante: veston sombre, cravate grise unie. Et un pardessus noir…

Maigret et la princesse

On continue dans le même style avec le veston noir. Par contre, une note de couleur est donnée avec la jolie cravate rouge. Maigret retrouve un gilet décolleté en V, le même que l’on a connu dans la première époque de la série.

Les deux épisodes suivants voient le commissaire afficher une tenue des plus décontractées: sous prétexte de la chaleur météorologique ambiante, Maigret-Crémer se permet une chemise bleu foncé au col largement déboutonné, donc portée sans cravate, et bien évidemment sans gilet.

Un échec de Maigret

 Entre la chaleur et les ennuis qui s’accumulent, Maigret n’a pas le choix: on laisse tomber la cravate, chemise bleue au col ouvert, le tout porté sur un veston noir… quand même !

Signé Picpus

Devant une affaire aussi embrouillée, on va faire simple: on porte une chemise bleue sans gilet, un veston sombre… et pas de cravate, s’il vous plaît !

L’ami d’enfance de Maigret

 On retrouve une cravate (une rouge, cela nous va si bien !) et le gilet décolleté en V.

Les scrupules de Maigret

 On continue dans le tout classique: veston noir sur gilet noir, le tout couvert du manteau noir. On se permet quand même une cravate rouge: faut dire qu’elle met une petite touche « classe » sur l’ensemble…

Maigret et les petits cochons sans queue

Un même costume sombre, mais, vu la chaleur, on se passera du gilet ! Quant au noeud papillon, on l’oubliera volontiers au profit de la cravate…

Maigret et le clochard

Puisque le classique nous va si bien, pourquoi s’en priver ? Veston sombre sous manteau noir, pas de gilet, mais une cravate distinguée…

Maigret et l’ombre chinoise

Quant une ligne est trouvée et qu’elle nous convient, pourquoi changer ? On continue donc avec le veston sombre, le gilet assorti… et la petite cravate rouge si seyante !

Maigret chez le docteur

Variation sur un même thème: cette fois, veston et manteau sombres sont agrémentés d’un gilet et d’une cravate bleus.

Maigret en meublé

On prend les mêmes et on recommence. Vue sur gilet sans veston, gros plan sur cravate, et la dernière photo pour le chic de la silhouette !

Pour les deux épisodes suivants, Maigret ne porte à nouveau aucun gilet. Celui réapparaît au dernier épisode de la série.

Maigret et la demoiselle de compagnie

La série va bientôt se terminer, mais le style reste… Dernières images d’un commissaire en manteau noir sur veston sombre et cravate « classe »…

Maigret et les sept petites croix

On garde sa classe jusqu’au bout: « le style, c’est l’homme »…

Maigret et l’Etoile du Nord

Un dernier arrêt sur images…