première diffusion le 11 octobre 1996

réalisation: Juraj Herz

scénario: Bernard Marié

décors: François Chauvaud

costumes: Françoise Disle

musique: Zdenek Merta

avec: Bruno Todeschini (Moncin), Hélène Surgère (Mme Moncin, mère), Laurence Masliah (Mme Moncin), Pascale Vignal (Marthe), Elie Semoun (Rougin), Jean-Claude Frissung (Janvier), Hubert Saint-Macary (le juge Lambert), Gilles Detroit (Josselin), Jean-Noël Brouté (le jeune inspecteur), Victor Garrivier (Tissot), Pierre Baillot (Moers), Jean-Paul Muel (Baron), Hélène Scott (Odile), Jacques Lalande (le tailleur), Dimitri Rafalsky (le marchand de boutons)

Paris a peur. Un tueur a déjà frappé cinq fois et Maigret n’a aucune piste. Chaque crime se déroule à la nuit tombée, dans le 12e arrondissement, les victimes sont toutes des femmes qui se ressemblent. Elles sont poignardées par-derrière, puis le tueur lacère leurs vêtements et disparaît ni vu ni connu. Les meurtres n’ont jamais de témoin et il n’existe aucun lien entre les victimes. Maigret et ses hommes enquêtent depuis cinq mois sans résultat. La seule certitude: le meurtrier est un psychopathe et il tuera jusqu’à ce qu’on l’arrête. Sur les conseils d’un psychiatre, le professeur Tissot, Maigret décide de tenter le tout pour le tout : tendre un piège au tueur…

croustidialogues

Maigret est dans le laboratoire de Moers, qui examine le bouton arraché au veston du tueur:

Moers : « J’ai connu des corps du délit plus causants… »

***

A la PJ, le lendemain de l’agression contre Marthe:

Maigret : « Alors, tu te remets de tes émotions ? »

Marthe : « Ça va. Mais depuis hier soir, je n’arrête pas de fumer. »

Maigret : « Ah oui ? Moi, depuis 40 ans ! »