adaptation de la nouvelle L’improbable Monsieur Owen

première diffusion le 12 décembre 1997

réalisation: Pierre Koralnik

scénario: Virginie Brac

décors: Marina Albertini

costumes: Micheline Tercier

musique: Laurent Petitgirard

avec: Arielle Dombasle (Mylène Turner), Bernard Haller (Monsieur Louis), Camille Japy (Germaine), Michel Voïta (Schaft), Eric Petitjean (l’inspecteur Gimello), Joào Lagarto (Niklos), Bruno Slagmulder (Roger), François d’Artemare (Owen), Filipe Ferrer (l’antiquaire), Isabel Ruth (la femme de chambre), Luisa Barbosa (la vieille femme), Ricardo Carriço (le plagiste)

L’épisode a été tourné au Portugal.

Maigret est en vacances au bord de la mer, dans un luxueux hôtel dont le directeur, M. Louis, est une vieille connaissance. M. Owen, richissime marchand d’art, cloué dans un fauteuil roulant, séjourne lui aussi dans l’hôtel. Un matin, on retrouve le cadavre d’un jeune inconnu dans sa baignoire. Quant à M. Owen, il a disparu. Mais qui est ce « M. Owen » ? Et les autres clients de l’hôtel ? Que cache l’infirmière d’Owen ? Et pourquoi le petit chien de Mylène Turner, une célèbre et jolie actrice excentrique, a-t-il été retrouvé, mort lui aussi, dans la salle de bain de M. Owen ? Et quel rôle joue le mystérieux M. Schaft ?

 

 

croustidialogues

Maigret a rejoint Gimello dans la salle de bains d’Owen:

Gimello : « Le rapport d’autopsie a révélé des traces d’ecchymoses sous-cutanées sur les chevilles et sur la poitrine. Le corps a été maintenu sous l’eau. Ça élimine le suicide. »

Maigret : « ‘Et la tête ? »

Gimello : « Comment, la tête ? »

Maigret : « Maintenir la tête sous l’eau, pour une noyade, ça me paraît primordial ! Si l’assassin a maintenu la tête, la poitrine, et les chevilles sous l’eau, il n’a pas pu faire ça tout seul… Ou alors, c’est l’homme-araignée ! »