adaptation du roman L’affaire Saint-Fiacre

première diffusion le 20 octobre 1995

réalisation: Denys de la Patellière

scénario: Alexandre et Denys de la Patellière

décors: François Chauvaud

costumes: Françoise Disle

musique: Laurent Petitgirard

avec: Anne Bellec (Mme Maigret), Jacques Spiesser (le comte), Pierre Gerard (Jean Metayer), Jacques Giraud (le père Gautier), Nicolas Moreau (Emile Gautier), Claude Winter (la comtesse), Maria Verdi (Marie Tatin), Arno Chevrier (le prêtre), Jacques Sereys (le médecin)

Retour aux sources pour Maigret, qui enquête dans le village de son enfance: il a reçu une lettre anonyme annonçant qu’un meurtre serait commis en l’église de Saint-Fiacre à la première messe du Jour des Morts. Et le lendemain de son arrivée, il assiste impuissant à la mort de la comtesse. Assailli par ses souvenirs, le commissaire a bien du mal à se forger une opinion sur l’entourage de la victime: son fils, d’abord, à qui Maigret voue inconsciemment le culte qu’il vouait autrefois au comte de Saint-Fiacre, puis Jean Métayer, le « secrétaire » de la comtesse, et ensuite Emile Gautier, le fils du nouveau régisseur. Enfin, quels rôles jouent le docteur et le curé dans ce drame ?

croustidialogues

Maigret se promène dans le village avec Emile. Celui-ci lui dit que le curé a obtenu une bourse d’études pour lui:

Emile : « Il veut que je devienne instituteur. »

Maigret : « Instituteur, c’est bien ! »

Emile : « Ça vous dirait, vous, une vie entière à courir derrière des gamins ? »

Maigret : « Ah, ça non ! Je préfère encore les criminels: ça court moins vite ! »

***

Mme Maigret interroge son mari sur ses intentions à propos du comte de Saint-Fiacre:

Mme Maigret : « Qu’est-ce que tu attends pour l’arrêter ? »

Maigret : « Savoir s’il est coupable, par exemple. C’est une vieille habitude, chez moi. Je ne sais pas si tu es au courant… »