adaptation du roman La nuit du carrefour

première diffusion le 27 novembre 1992

réalisation: Alain Tasma

scénario: Gildas Bourdet, Alain Tasma

décors: Laurence Brenguier

costumes: Françoise Disle

musique: Laurent Petitgirard

avec: Sunnyi Melles (Else), Roland Blanche (Victor Kowalski), Johan Leysen (Karl), Solen Jarniou (Gilberte Kowalski), Myriam Boyer (Elyane Michonnet), Henri Courseaux (Roger Michonnet), Philippe Dormoy (inspecteur Colin), Hubert Deschamps (Edmond Kowalski), Jacques Deglas (Mario), Bernard Lincot (inspecteur Dupré), Marc Olinger (le patron de l’auberge), Marie-Anne Lorge (la patronne de l’auberge), Franck Sasonoff (inspecteur Gaubert), Xavier Maly (le docteur), Philippe Noesen (le chirurgien)

Cet épisode a été tourné en mars 1992 au Grand-Duché du Luxembourg. Pour les scènes du manoir, on a aménagé le premier étage de l’ancienne prison Saint-Michel de Luxembourg.

En plein milieu de la plaine, se trouve le lieu-dit « le carrefour des veuves » avec le garage station-service des Kowalski, en face de la maison des Michonnet. Et, cachée dans les bois, la gentilhommière délabrée que louent Karl Von Ritter et sa sœur Else. Première surprise: Karl Von Ritter trouve la Delahaye de son voisin Michonnet à la place de sa petite voiture (une Juva 4). Deuxième surprise : il découvre sur la banquette le cadavre d’un homme tué d’une balle dans la tête, un certain Van Der Meulen, diamantaire à Anvers. Le commissaire Maigret s’installe sur place pour résoudre cette affaire.

 

 

croustidialogues

Maigret est au garage, où se trouve aussi Von Ritter:

Von Ritter : « Il y a beaucoup de policiers ce matin. Est-ce que vous avez découvert un nouveau élément ? »

Maigret : « Un nouveau élément, non, mais un nouveau cadavre, oui ! »

***

Maigret apprend par Colin la disparition de Von Ritter à la frontière belge:

Maigret : « Tu vas lancer un mandat international à tout hasard. Mais tu vas surtout renforcer la sécurité ici. »

Colin : « Si je comprends bien, vous en tenez pour un coup de Trafalgar pendant la nuit ? »

Maigret : « Pour être très précis: j’en sais rien ! »