adaptation du roman Maigret hésite

première diffusion le 26 mai 2000

réalisation : Denys Granier-Deferre

scénario: Pierre Granier-Deferre et Dominique Roulet

décors: Frédéric Astich-Barré

costumes: Françoise Disle

musique: Laurent Petitgirard

avec: Alexandre Brasseur (Lachenal), Caroline Sihol (Mme Parendon), Michel Duchaussoy (Me Parendon), Cécile Bois (Mlle Vague), Célia Granier-Deferre (Bambi), Jocelyn Quivrin (Gus), Wilfred Benaïche (Ferdinand), Pascal Decolland (Tortu), Stéphane Cottin (Baud), Blandine Lenoir (Lise), Colette Maire (la cuisinière), Roland Farrugia (directeur PJ), Fabien Béhar (inspecteur Luciani), Jacques Brunet (procureur Raynouard)

Lorsqu’il franchit le seuil du luxueux hôtel particulier des Parendon, Maigret comprend rapidement que sa mission ne sera pas vraiment aisée. Sachant que Me Parendon a reçu une lettre anonyme l’avisant qu’un drame sanglant allait frapper sa famille, le commissaire cherche avant tout à étudier les personnages de l’affaire : l’avocat lui-même, affairiste de talent mais père et mari fragile, son épouse, aristocrate habituée à l’autorité et aux certitudes, leurs enfants, Gus et Bambi, écrasés par le poids des conventions. Il y aussi les collaborateurs du cabinet et les nombreux domestiques. Pas facile d’y voir clair…

croustidialogues

Pendant que Maigret se rend seul chez les Parendon, son neveu l’inspecteur Paul Lachenal reste dans la cour de l’hôtel particulier et discute avec le chauffeur qui astique l’une des voitures …..

Lachenal  : « Elle est toute neuve. »

Le chauffeur : « Non, elle est de 1940. »

Lachenal  : « En pleine guerre ? »

Le chauffeur : « Oui. Les Allemands faisaient des tanks; les anglais, des voitures de luxe et ils ont gagné la guerre: comme quoi, les Anglais ont toujours raison. »

***

Au restaurant, Maigret discute avec Lachenal

Lachenal : « Si je comprends bien, on a juste une menace : pas de cadavre, pas d’assassin, pas de mobile … c’est quand même pas banal ! »

Maigret (pouffant de rire) : « On va peut-être être obligés de tout faire nous-mêmes ! »

Lachenal : « On rentre au bureau ? »

Maigret : « T’as envie, toi ? »

Lachenal : « Le devoir nous appelle. »

Maigret : « Le devoir, le devoir … Et puis la gadoue de ce matin, ça me suffit pour la journée. »

Lachenal : « On pourrait aller au cinéma ! »

Maigret : « Par ce temps ? »

Lachenal : « Ils passent «Quai des Orfèvres» au studio 28. »

Maigret : « «Quai des Orfèvres» … t’es pas un peu tordu, toi ? »

Lachenal : « Non, je l’ai jamais vu ! »

Maigret : « Ben, tu le verras demain matin à 9 heures ! »

Lachenal : « Sans Louis Jouvet … »

Maigret : « Non mais avec moi ! Ça fera plus vrai ! »