première diffusion le 11 novembre 2002

réalisation: Yves de Chalonge

scénario: Pierre Granier-Deferre et Michel Grisolia

décors: Yves Brover

costumes: Pascaline Suty

musique: Laurent Petitgirard

avec: Jean-Claude Dreyfus (Dr Xavier Bresselles), Carole Richert (Mme Gastin), Stéphane Jobert (Marcellin Rateau), Philippe Duquesne (Louis Paumelle), Thierry Levaret (Yann Valois), Ilroy Plowright (Jean-Paul Gastin), Jean-Claude Lecas (Théo Goumard), Eva Mazauric (Thérèse), Lucia Sanchez (Maria), René Remblier (Julien Sellier), Vivien Picouleau (Marcel Sellier), Kevin Jacob (Joseph Rateau), Georges-Gilbert Cazeneuve (Félicien Cornu), Nathalie Dorval (Marthe Sellier)

Maigret reçoit une lettre d’un garçon de douze ans, Jean-Paul Gastin, qui lui demande de venir enquêter sur la mort de Léonie, une ancienne postière, détestée de tous les habitants d’un village. Suite à la déposition d’un enfant, le père de Jean-Paul, qui est l’instituteur du village, a été accusé du meurtre de Léonie et mis en prison. Maigret se rend sur place, et débute son enquête en interrogeant la mère de Jean-Paul, qui lui confirme ce que la rumeur publique lui a déjà fait savoir: le couple Gastin a été muté au village après un scandale, suite à la liaison amoureuse entre l’épouse et un prof de gym à Courbevoie. Lorsque les villageois ont appris la nouvelle, la méfiance envers le couple s’est muée en haine…

croustidialogues

Maigret arrive à l’auberge du village:

Paumelle : « Vous êtes le monsieur de Paris, pour la chambre ? »

Maigret : « Oui. »

Paumelle : « Louis Paumelle, avec un P comme pommeau, comme pinot, comme pinard. Euh… c’est juste pour ce soir, la chambre ? »

Maigret : « Deux ou trois jours. »

Paumelle : « Je sais pas pourquoi je vous ai demandé ça, vous êtes la seule et unique réservation de l’année ! Jusque il y a deux ans, on avait un amiral. C’était le seul qui aimait la flotte, ici !

***

Maigret et Valois sont à l’auberge:

Valois : « Rien à dire à Gastin ? »

Maigret : « Dites-lui qu’il ne restera plus longtemps derrière les barreaux. »

Valois : « Il y a du nouveau ? Vous avez une piste ? »

Maigret : « Pas une piste. Juste une odeur. La vérité, c’est comme le parfum de la mer: ça se respire avant de l’apercevoir… »