première diffusion le 15 avril 1994

réalisation: Andrzej Kostenko

scénario: Gildas Bourdet, Andrzej Kostenko

décors: Laurence Brenguier et Vaclav Hlavka

costumes: Françoise Disle et Helena Ferlicova

musique: Laurent Petitgirard

avec: Agnès Soral (Aline), Anne Bellec (Mme Maigret), Claude Faraldo (Palmari), Eric Prat (Torrence), Raoul Delfosse (directeur de la PJ), Fernand Berset (le juge Ancelin), Eric Deshors (Barillard), Vincent Martin (Lourtie), Marie-Christine Rousseau (Mme Barillard), Sylvie Herbert (la concierge), Michel Cremades (le bijoutier), Jean-Pierre Bernard (Pernelle), Louis (Petr Jakl), Michel Raskine (Gérald), Huguette Faget (la mère de Gérald), Stanislas Hajek (Jacob Claes)

Un nouveau vol de bijoux a été commis par des malfaiteurs qui n’ont pas hésité à tuer un policier. Maigret soupçonne depuis plusieurs années Manuel Palmari, un vieux truand sur le déclin, d’être à la tête du gang. Mais Palmari est retrouvé assassiné chez lui. Comme la maison était surveillée par la police, et qu’on n’a vu personne de suspect pénétrer dans l’immeuble, l’assassin doit être un des locataires. Maigret décide de faire le tour de ceux-ci, et, en parallèle, d’enquêter sur les revenus de Palmari. Il va ainsi apprendre que celui-ci avait confié la direction de ses affaires à Aline Bauche, la jeune femme qu’il a tirée du trottoir quelques années auparavant…

croustidialogues

Ancelin et Maigret sortent de chez Palmari (qu’on vient de découvrir assassiné) et se rendent au restaurant:

Ancelin : « J’ai quand même envie de connaître votre intime conviction… mais seulement après avoir déjeuné, histoire d’oublier ces moments pénibles… »

Maigret : « Vous ne serez pas déçu… »

le patron du restaurant : « Ah, il doit me rester deux bonnes parts de tripous, commissaire. Sinon, j’ai une excellente potée, un plat d’hiver aussi, et j’ai un petit bordeaux superbe ! Je vous laisse réfléchir, messieurs. »

Maigret : « Eh ben, vous m’avez demandé mon intime conviction: mon intime conviction, c’est que je vais prendre des tripous ! »

***

Dans le bureau de Maigret, après l’arrestation de Louis Moriani:

Torrence : « Pour Moriani, il sera quatre cinq jours aux abonnés absents; et pas question de le cuisiner avant… »

le directeur de la PJ : « Non, mais, attendez, mais qui dit ça ?! »

Torrence : « Le patron du service de réanimation de Lariboisière… »