adaptation du roman L’ombre chinoise

première diffusion le 28 mai 2004

réalisation: Charles Nemes

scénario: Laurence Kilberg

décors: Valérie Grall

costumes: Pascaline Suty

musique: Laurent Petitgirard

avec: Christine Boisson (Germaine Martin), Alain Rimoux (Edgar Martin), Estelle Skornik (Nine Moinard), Valentine Valera (Madeleine Dormoy Boyer), Josiane Stoléru (Mathilde), Sylvie Flepp (la concierge), Jean-François Poron (le colonel), Yves Beneyton (Saint-Marc), Cédric Chevalme (inspecteur Bertin), Olivier Brun (Daniel Boyer), Michel Helias (Luc Vignal), Isabelle Petit-Jacques (Jeanne Boyer), Bénédicte Charpentier (femme de chambre), Yann Pradal (barman), Jiri Stanislav (Pierre Boyer), Dana Verzichova (Angèle), Gaston Subert (médecin légiste), Charles Nemes (médecin de famille)

Dans le quasi huis-clos de la cour d’un immeuble bourgeois, Maigret est confronté au meurtre de Pierre Boyer, le patron d’une florissante entreprise, tué net d’une balle de revolver en pleine poitrine, dans son bureau, la veille du jour de paye. Très vite, Maigret se prend de sympathie pour la victime, un « self-made man » d’une cinquantaine d’années, un chic type qui a sans doute eu l’imprudence de rédiger prématurément une ébauche de testament. Parmi les suspects, défilent les trois femmes de la vie de Boyer. Il y a d’abord Germaine Martin, sa première épouse, remariée à Edgar Martin, un petit fonctionnaire. Germaine est une femme ambitieuse et hantée par la peur de « manquer ». Après s’être sacrifiée pendant les années de vaches maigres de Boyer, elle n’a pas su attendre et a demandé le divorce juste avant que ce dernier ne fasse fortune. Ensuite il y a Madeleine Dormoy, la nouvelle épouse de Boyer, fille d’une grande famille bourgeoise désargentée. Elle s’est résignée à fermer les yeux sur les liaisons de son mari, tant qu’elles restent éphémères et ne menacent ni son propre mariage, ni l’aisance matérielle retrouvée du clan Dormoy. Et enfin, il y a Nine Moinard, ancienne danseuse de cabaret, maîtresse de Boyer et véritable bouffée d’air frais dans la vie de ce dernier. Si Nine est sans doute la plus éprouvée par la mort brutale de Boyer, elle ne joue pourtant pas franc-jeu. Malgré la compassion que la jeune femme lui inspire, le commissaire est vite persuadé qu’elle n’est pas aussi naïve et innocente qu’elle veut bien le laisser paraître. Les soupçons de Maigret vont également se porter sur Daniel Boyer, le fils de la victime et de Germaine Martin, un jeune homme oisif, sans le sou, qui fuit la médiocrité de sa vie en s’évadant dans les vapeurs d’éther. C’est un terrible drame de famille que Maigret finit par mettre à jour, drame dont Mathilde, une vieille locataire de l’immeuble qui passe son temps à rôder derrière les portes, avait déjà saisi tous les ressorts … (résumé RTBF)

croustidialogues

La concierge explique à Maigret comment elle a découvert le cadavre:

la concierge : « Quand j’ai vidé mes poubelles, je l’ai vu à travers la vitre, assis dans son fauteuil; il écrivait… »

Maigret : « Et il était quelle heure ? »

la concierge : « L’heure des poubelles ! »

***

Maigret a appris qu’on a vu les Martin tourner autour des poubelles:

Maigret : « J’aimerais que tu me trouves les chiffonniers du quartier. »

Bertin : « Qu’est-ce qu’ils sont censés avoir trouvé ? »

Maigret : « Ce que les Martin étaient censés chercher le soir du meurtre… »